020 – Chronique/interview d’artiste/artisan: Isabelle SERVILLE – « Les Ateliers de Dame Papier » (Soumagne) « Les Coquettes »

Je ne regrette jamais mes diverses pérégrinations dans le milieu artistique et artisanal…

En février 2019, je visite avec ma compagne un nouveau commerce d’artisanat (fermé depuis lors…) sur les hauteurs de Huy (Solières) qui expose bon nombre de créations artistiques et artisanales d’origines variées.

Ma compagne acquiert sur place une « poupée » pour le moins originale: « Une Coquette » réalisée par « Les Ateliers de Dame Papier«  (Isabelle SERVILLE, absente pour l’occasion). Cette « Coquette » est habillée avec finesse et style d’une robe en papier coloré. Ses grands yeux espiègles avaient accroché notre regard… Surmontant un petit socle de pierre, arborant des jambes longilignes, son mouvement aérien semble suspendu… Elle s’illumine dans l’obscurité de petites « loupiotes » (LED) qu’elle tient dans les mains, ce qui participe à la féérie du personnage…

31B795E6-5AE3-4A15-B186-585E88ADED6F

Notre « Coquette » personnelle…

Depuis une année qu’elle nous tient compagnie sur la table du living-room, elle fait partie du décor… Un soir de début 2020, réfléchissant à mes chroniques, son regard croise le mien et elle semble me dire: « Tu pourrais écrire mon histoire, si tu veux… »

Notre « Coquette » est issue d’une grande famille composée exclusivement de soeurs, plus poétiques et romantiques les unes que les autres…

Leur maman, Isabelle SERVILLE, est institutrice maternelle (Soumagne) et est passionnée depuis l’enfance par les poupées, les robes amples, la couture, le stylisme, la décoration d’intérieur… Elle dessine, peint, modèle la terre, coud, techniques qu’elle partage avec ses petits bouts à l’école…

Depuis quelques années (2015), elle se lance dans la création de personnages féminins et raffinés, dont l’ossature est en fil de fer et qu’elle habille de magnifiques robes de papier japonais, népalais et indien… Isabelle, munie de ses pinceaux, donne vie aux « Coquettes » qui vous dévorent malicieusement de leurs grands yeux…

Un court reportage vidéo (3 min) vous permet de découvrir Isabelle dans son atelier (cliquez sur le lien de couleur suivant):

Vidéo présentant Isabelle dans son atelier (source VEDIA).

Mais au fait, Isabelle, parlez-moi des « papiers » que vous utilisez: « J’achète du papier japonais, népalais ou indien qui sont des papiers imprimés avec de l’encre déjà fixée. Je choisis les motifs comme on choisirait des tissus pour concevoir des robes, et j’habille mes « Coquettes » au gré de la mode et des tendances du moment. Ces types de papiers sont suffisamment souples pour supporter la colle à tapisser sans se dégrader, ce qui favorise la confection et la « durabilité », après quoi j’applique un vernis sur mes créations. »

Les couleurs actuelles vont vers le vert, le rose poudré, le bleu canard, l’ocre, me confie-telle.

Initialement, lorsqu’elle est encore une jeune femme, Isabelle hésite entre l’école d’Art  « Saint-Luc » de Liège et les cours d’institutrice maternelle, choix qu’elle favorise (un peu) sous la pression parentale et surtout pour le contact avec les enfants qui lui permettra de mieux répondre à son besoin artistique, hors contraintes de programme scolaire dans l’enseignement maternel.

Exposant peu (1 à 2 fois par an), elle est invitée à deux reprises par la « Maison des Métiers et de l’Art » de Liège (pour la première fois en 2015) et à Clermont (Verviers) à « Envol d’artistes« .

Des mains lui sont ensuite tendues (sic) par des organisateurs de marchés créateurs, comme en décembre 2019 à l’Abbaye de Stavelot, notamment. Ce type de marchés est dès lors favorisé par Isabelle pour présenter ses créations (cf sa page Facebook pour les actus).

Vous pourrez trouver sur le Net différentes versions des techniques utilisées par Isabelle SERVILLE, mais de la technique à l’Art, il existe une marge qu’Isabelle a largement franchie de par l’identité singulière de ses « Coquettes » qui prennent VIE en passant par ses mains et son âme d’artiste…

Vous pouvez visiter la page Facebook d’Isabelle via le lien suivant:

Les Ateliers de Dame Papier .

Je le répète souvent, mais l’âme ne ment jamais… Ce fut à nouveau une belle rencontre, même si elle eut lieu par téléphone en raison du confinement lié à la pandémie… L’avantage avec les artistes et les créateurs, c’est qu’il suffit de les écouter s’exprimer pour comprendre que la connexion n’a rien à voir avec une rencontre physique… C’est leur coeur qui parle…

Merci l’artiste, merci Isabelle,

Vincent Poitier,

 1er avril 2020

Copyright – Tous droits réservés