022 – Chronique/interview d’un photographe artistique: Jonathan DABEYE alias « Scraboutcha Pix » (Huy)

Hutois originaire de Moha (Wanze), né en 1984, Jonathan DABEYE pourrait être qualifié d’un des « Anges gardiens des hutois… »  Scolarisé à Huy, il connaît bien notre ville dans laquelle il réside depuis 2014.

Initié de manière autodidacte à la photographie vers 2011, il s’offrit à l’époque son premier appareil « Reflex » puis un autre de qualité semi-professionnelle dont il devra se séparer ensuite…

Depuis l’âge de huit ans et ce durant une quinzaine d’années, Jonathan suit les cours de théâtre dispensés par la « Maison de la Culture de Huy… » « GABA », Jean-Luc GERLAGE, fut son mentor, comme il le fut pour bon nombre de jeunes… (Clin d’oeil à mon camarade Jean-Luc que je connais depuis l’enfance…)

Lors de notre entretien téléphonique (confinement oblige, encore une fois) d’une bonne demi-heure, Jonathan se confie à moi en ces termes:

  • « J’ai toujours su que je n’étais pas comme les autres, mais je ne savais pas dire en quoi. Depuis l’enfance, je cherche comment exprimer ça… »

Passionné par le Médiéval, les châteaux, ce type d’ambiances, il a même fait partie d’une troupe de théâtre de Moha appelée « Les Aurores de Wanze », troupe qui a été primée… Il a  même fait de la jonglerie lors de festivités organisées annuellement au château féodal de Moha.

Jonathan ne manque pas de ressources artistiques, c’est certain…

Père de famille, issu de l’enseignement secondaire de « l’Ecole des Sciences et Métiers de la Nature de la Reid » (province de Liège), actuellement à la recherche d’un emploi, Jonathan ne perd pas son temps…

Toujours prêt à dégainer l’appareil photographique intégré dans son smartphone, il est en permanence à l’affut de l’angle de vue original ou du clin d’oeil artistique et poétique d’un des innombrables coins de Huy…

Nous permettant de revisiter nos racines quotidiennement, Jonathan entretient l’émerveillement de la cité mosane, nous extirpant de la monotonie…

Quels que soient le temps et l’heure, « Scraboutcha Pix » déambule et capte pour le public « Facebookien » les multiples facettes de l’agglomération et de ses habitants qui se sont habitués à sa présence…

Faisant figure de baromètre de notre micro-société, Jonathan immortalise l’actualité locale notoire mais toujours sous la houlette de l’artiste qu’il est, dans sa vision du monde… Sa perception singulière du quotidien émane d’une conscience éveillée et participe à (r)éveiller celle d’autrui, pour peu qu’elle soit étouffée…

Retravaillant certains clichés afin de jongler avec le noir et blanc et un élément colorisé (souvent rouge), Jonathan met en relief le dit élément qui va servir de contraste ou qu’il veut mettre en valeur pour faire passer un message… Affublé d’un commentaire évocateur, chaque « post » Facebook est une trace du temps…

Guide virtuel, « Scraboutcha Pix » devrait être recommandé dans les manuels touristiques eut égard au fait qu’il met en valeur le patrimoine local…

Jouant adroitement avec les réflexions dans l’eau, les vitrines, Jonathan nous propose le « reflet du miroir » qui, au sens figuré, nous échappe souvent… Un peu philosophe, un peu mélancolique, généreux dans son intention, il ne s’est pas « assis » sur son âme d’enfant…

Cette fois encore, les réseaux sociaux révèlent leur beau côté, celui du partage et de l’émotion…

Pour en voir davantage, cliquez sur le lien Facebook suivant:

 « Scraboutcha Pix » Facebook

J’aurais pu vous parler d’autres personnages du « cru » dans le même genre, mais c’est l’âme qui décide, et la mienne ne me trompe jamais… Alors je l’ai écoutée…

Généreux dans ses intentions, discret, un peu « à côté des choses » (sic), légèrement désabusé par la réalité pragmatique d’un monde abîmé, Jonathan DABEYE vit sa passion, ses passions, au-delà de tout… C’est plus fort que lui…

Merci « Scraboutcha Pix« , merci Jonathan,

Bon vent à toi et ta famille,

Vincent Poitier,

04 avril 2020

Copyright – Tous droits réservés