031 – Chronique/interview d’un illustrateur, artiste peintre: Thierry CAYMAN (Marchin) et « l’Atelier 2A » (Huy)

Né à Bruxelles le 1/1/1962, Thierry CAYMAN vit à Marchin avec sa compagne Nathalie DEMIN. Issu de l’académie de bande dessinée de Saint-Gilles (Bxl, 1982-1983) Thierry CAYMAN intègre, en tant qu’illustrateur, les éditions du LOMBARD (1984) et participe à l’hebdomadaire TINTIN ainsi qu’HELLO BéDé, d’où sera issue sa première série « Sylvain de Rochefort ». Une longue collaboration avec les éditions CASTERMAN débute alors en 2000. Mais je vous renvoie vers la page Wikipédia et Bédéthèque de l’artiste de renom pour consulter sa bio (cliquez sur les liens en couleur):

Page Wikipédia de Thierry CAYMAN, bio

Bio Bédéthèque – Thierry CAYMAN

En effet, fidèle à ma démarche personnelle et non lucrative, mon attention s’est portée sur l’oeuvre privée de l’homme, sa peinture à l’huile, ses encres de chine.

Surréalisme, impressionnisme, instants figés, tantôt colorés, tantôt tièdes ou parfois sombres, les oeuvres de Thierry m’interpellent par leur simplicité apparente, sublimée par le raffinement…

Un rapport évident à la féminité ressort de ses toiles et m’inspire une forme de matriarcat… Un sentiment de rigueur féminine, de désinvolture et de regret (des regards posés sur l’arrière-plan, sur le passé, peut-être), relevé par une iconographie de la femme sous plusieurs aspects (sensualité, esthétisme, maternité, rôle central dans la société…).

J’y décèle des similitudes avec l’expression de René Magritte, Paul Delvaux

Le respect, l’humilité, la contemplation règnent au travers des tableaux proposés… Une forme de théâtralité, de comédie tragicomique, « perturbe » ironiquement ce faux sentiment de quiétude…

Certains éléments esquissent la spiritualité… La nature, les oiseaux, renforcent ce sentiment d’unicité… On sent chez Thierry CAYMAN une maturité, une expérience de vie, une forme de sagesse…

Les cheveux, les feuillages, les nuages, présentent un mouvement ondulatoire, on sent frémir un vent léger contrastant avec une forme de stoïcisme nostalgique, ce que seule mon interprétation intime me permet d’écrire sans augurer de la véritable intériorité de l’artiste que je ne connais que très peu. C’est l’expression de l’Art, qui m’inspire, la manière dont il me parle, sans prétention psychanalytique à l’égard de qui que ce soit, ce dont je me garderai bien…

Ce qui me plaît chez les créateurs, les artistes, c’est la manière dont ils expriment ce que leur dicte leur âme (et oui, encore l’âme…), et j’aime la « lecture » de leur oeuvre avant-même de savoir qui ils sont, afin de ne pas corrompre mon sentiment profond qui émane lui aussi d’une âme, la mienne…

J’ai d’ailleurs rencontré l’artiste et sa compagne après la rédaction de mon interprétation personnelle, fidèle à mon modus-operandi. Le 15 juin 2020, vers 16.00 hrs, Thierry et Nathalie m’ont reçu au sein de l’ATELIER 2A, et ce, pour mon plus grand plaisir.

Et Thierry de me dire au cours de la conversation riche en considérations artistiques:

  • « Depuis que je sais tenir un crayon en main, je dessine. Pendant le confinement, chez moi, je dessinais quotidiennement une planche illustrant mon état d’esprit du jour, lié à cette situation. »

  • « Dans mes toiles, j’aime la mélancolie, le rêve, les regards évasifs dont je laisse l’interprétation au spectateur. J’ai glissé des « clés » dans mes tableaux et le spectateur est libre de se faire le film qui lui est suggéré, à travers ses filtres personnels… J’aime parler de médiumnité artistique… C’est vrai que la femme tient une place importante dans mes œuvres car je ne « la » connais pas, j’essaie de la comprendre, en tant qu’homme… »

  • « Dans ce lieu, cet atelier, je me sens comme dans une bulle, et au début, cela me suffisait, mais Nathalie m’a suggéré d’y accueillir des artistes. Nous en avons discuté tous les deux et avons mis l’atelier à disposition d’artistes afin de les promouvoir. « 

Et Nathalie d’ajouter:

  • « Nous avons reçu les clés de l’Atelier 2A en octobre 2018. Thierry y a exposé ses propres oeuvres au public en novembre 2018, et dès le mois de mai 2019, nous avons reçu le premier artiste, sans contre-partie financière. Nous avons même reçu un groupe musical croisé avec un artiste dont les univers cohabitaient. Une soirée concert privée a été organisée à cette occasion. Une centaine de personnes ont défilé à cette occasion. »

Thierry embraye:

  • « Les lieux de promotion des artistes sont exigeants et parfois onéreux. Notre démarche, altruiste, nourrit pas mal de contacts et de potentiel artistique, c’est ce qui nous motive. Nous espérons entretenir des partenariats avec les milieux culturels locaux dans cette vision. »

Thierry CAYMAN (et sa compagne Nathalie DEMIN qui est ma complice pour cette occasion) met donc un lieu de rencontre artistique au service de l’Art, au coeur historique de la cité mosane de Huy, rue des Esses n°2A, au lieu-dit « L’ATELIER 2A ».

Cette galerie d’art qui m’inspira les chroniques de (cliquez sur les liens en couleur pour les lire):

David KOWALCZYK ainsi que celle de YEROÜN (Jeroen KUD) dont on pourra y admirer les oeuvres (merci au déconfinement) dès le week-end du 19-20 et 27-28 juin 2020 de 15 à 18 hrs.

« L’ATELIER 2A » est un de ces lieux qui se raréfient de nos jours et qui pourtant gagne à être connu. C’est plus qu’un lieu… Je le perçois comme un vortex spatio-temporel canalisant des réverbérations énergétiques générées par la convergence des empreintes spirituelles des artistes et des visiteurs venus tenter l’expérience de la pleine conscience, de l’instant présent, de la liberté, de l’échange et de la danse de l’âme…

Il s’agirait d’une « agence de voyage quantique de décontenancement égotique » où chaque oeuvre canaliserait un faisceau de réalités potentielles basé sur la théorie des cordes (théorie qui tend à faire se rapprocher celle de la relativité d’Einstein avec celle de la mécanique quantique, basées toutes deux sur des principes physiques inaliénables à ce jour et établis entre l’infiniment grand et les particules subatomiques – Vous pouvez rependre une respiration…)

Veuillez pardonner mon outrecuidance, mais admettez que pour parler d’Art, il est nécessaire de flirter avec des métaphores et des langages dont la liberté n’aurait rien à envier à celle des artistes…

Trêve de bavardage métaphysique, vous pouvez consulter la page Facebook de l’ATELIER 2A et celle de Thierry via le lien suivant:

Page FB de l’ATELIER 2A – galerie d’art

Page FB de Thierry CAYMAN

9EB0C06E-3FC9-44F6-AA00-60D01E779442_1_201_a

Thierry CAYMAN, au « 2A »

Calendrier des prochaines semaines, mois:

Suite aux longues semaines de confinement sanitaire, la reprise des activités économiques et culturelles est lente et progressive, ce qui a pour effet que les dates précises des prochains évènements accueillis à l’ATELIER 2A ne sont pas clairement arrêtées.

  • début juillet 2020 devrait être réservé aux oeuvres de Thierry CAYMAN lui-même.
  • Août devrait voir Nathalie BOUTIAU (Huy) proposer des lectures d’extraits de son dernier livre (N. Boutiau, auteure)
  • Les « Urban sketchers » (Page FB Urban Sketchers) sont attendus vers le 15 août 2020. Ce groupe d’artistes dessinera un « coin de Huy » dans la journée et leurs diverses oeuvres seront présentées à l’ATELIER 2A vers 17 hrs (durée de l’expo: 1 semaine)
  • Fin août/début septembre 2020, Catherine BARDIAU (peintures, Huy) (Infos C. Bardiau)

Pour suivre les actualités de l’Atelier 2A, rendez-vous sur la page Facebook mentionnée plus haut, où les évènements seront annoncés et relayés.

Merci Thierry CAYMAN, merci l’artiste,

Merci l’Atelier 2A, merci pour les artistes,

Merci pour l’Art, la création et le partage,

Vincent Poitier,

16 juin 2020,

Copyright, tous droits réservés,