034 -Chronique/interview d’une hutoise qui a les « boules »: Anne-Pierrette WEGRIA alias « Pierrette ».

Si t’as les « boules », ne va pas chez « Pierrette » ou alors ravale ta chique, ça c’est sûr…

En pénétrant dans les vingt-cinq mètres carrés de son petit commerce, on a l’impression de quitter la ville et d’être plutôt sur un petit marché local aux parfums d’enfance, aux humeurs câlines et coquines…

Anne-Pierrette WEGRIA, « Pierrette », malicieuse, vous accueille, vous sourit, vous séduit… Vous êtes dans son Royaume, il ne manque que le Lapin blanc… Et je suis convaincu qu’en cherchant un peu, vous pourriez le trouver caché dans les étalages…

A 47 ans, hutoise de souche, Pierrette est plus qu’une commerçante… Elle une psychommerçante… Un personnage, une belle personne qui applique la théorie du plaisir par le goût… Mais gare aux abus, à la crise de foie, car cela peut vous coûter bonbon!

Installée depuis une dizaine d’années au coeur de la rive droite hutoise, entre la rue l’Apleit et la rue des Fouarges, Pierrette insuffle un vent de légèreté et de magie dans ce quartier semi-piétonnier… C’est-à-dire qu’on y circule en sautant à cloche-pied, ce qui est ardu si vous consommez un café gobelet de chez Luigi…

Enfants et adolescents, nous étions voisins de jardins, à quelques cent-cinquante mètres de là… On a fait quelques quatre-cent coups, tout de même… Trois décennies et demie plus tard, on a des familles, des enfants (des grands), le sourire de Pierrette est le même, et je lui rends hommage car elle fait partie du film de ma vie depuis l’enfance, bien au-delà de toute promotion commerciale… Elle contribue au lien entre les gens, à l’identité locale, et ça, c’est chic! (chique…)

Je n’ai pas pu éluder cette question: Pierrette, pourquoi un commerce de bonbons, chiques, boules?

« Il y a une petite dizaine d’années, suite à une perte d’emploi, mon compagnon Manu (Manollo) et moi avons discuté de l’avenir et il souhaitait devenir indépendant. On a réfléchi à une idée originale de commerce, quelque chose qui n’existait pas vraiment. Le lieu de notre commerce était vraiment idéal, et Manu s’est lancé, c’était son idée…

Après un an, il m’a confié sa place et travaille ailleurs. Franchement, je ne voudrais plus faire autre chose… »

Les dentistes te disent-ils « merci »?

« Oui! (rires) D’ailleurs, au début, mon dentiste m’a donné des échantillons de dentifrice que je présentais dans le magasin… »

Pierrette, nous sommes tous les deux des « Titis » de Huy, aurais-tu pu envisager ton activité ailleurs qu’à Huy?

« Non, je suis attachée à mes racines. Je voulais rester dans le quartier où j’ai grandi, où je vis toujours… »

A cet instant, une petite jeune fille entre dans le magasin et s’exclame: « Bonjour Anne-Pierrette! » « Bonjour Ophélie », lui répond-elle… La gamine fait son petit tour, choisit soigneusement son petit trésor et dépose ses pièces de monnaie sur le comptoir…

Pierrette me confie alors:

« Un jour, en faisant mes courses, une petite fille a dit à son papa: « Oh regarde papa, c’est la dame des chiques! »

Une cliente me dit un autre jour: « On retombe en enfance, chez vous! »

Une autre encore parlait du commerce comme un petit paradis… »

Vraiment, j’adore ce que je fais, tous ces visages d’enfants émerveillés, les contacts avec les gens…

Je lui demande enfin si elle se rappelle le petit magasin de chiques situé dans le temps rue Montmorency, au coin de l’avenue du Condroz: « Chez Chechette »…

« Ouii!! S’exclame-t-elle, deux petits vieux chez qui on s’approvisionnait contre quelques pièces de monnaie… D’ailleurs, on peut m’appeler « Chechette », c’est un pseudo que j’aime bien… »

Ton leitmotiv, en deux mots, pour clore notre entretien:

« Que les gens soient contents, qu’ils aient du plaisir… »

Peut-être que dans deux générations, les gens diront: « Tu te rappelles quand on allait chez Pierrette, acheter des boules, quand nous étions jeunes?

Merci Anne-Pierrette, pour ton sourire, ta spontanéité,

Merci de ta confiance,

Bon vent, Chéchette! Amitié!

Vincent Poitier

4 juillet 2020

Copyright, tous droits réservés