003 – Paris – Morbihan

Paris, lundi 03 mars 2015 – 22.57 hrs

Hôtel « Espace Champeret », XIIème arrondissement, à deux pas du métro « Michel Louise »… Paris est belle, enchanteresse, riche d’Histoire. Le réseau dense de transports en communs, en particulier le métro, est fabuleusement bien pensé, efficient et très rapide…

La plupart des voyageurs sont centrés sur eux-mêmes, écouteurs sur les oreilles, voire dans les oreilles, le regard pointé vers le « vide ». C’est un peu pathétique… Tout va vite, pas le temps de discuter, pas envie non plus… Chacun va vers où il doit aller, dans l’indifférence, c’est finalement normal.

Une torsion de la cheville gauche m’handicape, et trois semaines après l’incident, je claudique toujours… J’ai une cheville comme une botte, ce qui ne facilite guère les déplacements pédestres malgré tout inévitables, ne serait-ce que pour gagner les diverses correspondances des lignes de métro.

Paris regorge de clichés et de lieux communs, tels les chanteurs animant les longs couloirs du métro, à la résonance caverneuse, ce qui confère à ces petits concerts improvisés une régie sonore naturelle… Tant de talents inconnus confinés dans les sous-sols de Paris…

IMG_1616

C’est notre deuxième visite de la capitale française… Le quartier de la « Défense » manquait à notre tableau de voyage. La « Grande Arche » est majestueuse, mais pas autant qu’on nous l’avait fait laisser croire, finalement…

Quoique, tout est si grand dans cette ville, qu’on oublierait nos repères…

Ce quartier de la « Défense » stigmatise le summum du capitalisme européen, de la mondialisation, si on prend le temps de lire les enseignes des multiples arches… GDF Suez, EDF, TOTAL, Allianz, etc… N’ayons pas peur des mots, ça pue le fric… mais pas le nôtre, bien entendu…

« Notre Dame » m’a inspiré plus de recueillement, à la tombée du jour… Même si elle également, semble moins élevée que dans mon souvenir.

Les « gongs » majestueux des énormes cloches en fonte de la cathédrale semblent rappeler la cohabitation entre deux époques historiques, l’une médiévale et l’autre urbaine et contemporaine… Cet anachronisme est, somme toute, empreint d’une certaine harmonie, le parvis de l’énorme édifice religieux figurant le lieu d’une cérémonie spirituelle en plein air…

Demain, nous prenons la direction du Morbihan, où nous rendons visite à Dino, cet ami Suisse, ayant opté de passer sa retraite sur la côte Atlantique… Nous nous sommes connus à Huy, fortuitement, à l’Hôtel du Fort (d’autres amis de longue date), treize ans plus tôt, et nous croisons épisodiquement, tantôt à Huy (Belgique) tantôt en Alsace (France), tantôt dans le Morbihan (France)… Notre amitié a la « bougeotte » ! (Belgicisme).


Trédion, France, (département du Morbihan) Bretagne, jeudi 05 mars 2015 – 09.52 hrs

Nous sommes arrivés avant-hier. Dino et Danielle habitent une coquette petite maison paumée en pleine ruralité Bretonne. Il règne un calme Olympien alentour de leur demeure. Quel contraste bucolique avec l’agitation Parisienne !

L’accueil est très chaleureux, dans un contexte vaudevillesque. En effet, Un couple de Suisses recevant un couple de Belges, en pleine campagne Bretonne… On pourrait presque monter une pièce de théâtre.

Nous avons visité les alignements de mégalithes de Ménec, notamment, à proximité de Carnac. Plus de trois mille Menhirs disposés avec régularité, sur plusieurs hectares. Ces grosses pierres sont dressées à cet endroit depuis six mille ans, sans qu’on en connaisse exactement la signification. Probablement des rites funéraires…

IMG_1640

La presqu’île de Quiberon représenta le point d’orgue de la journée. L’océan est agité et les vagues, dont les rouleaux de plus de trois mètres de haut s’abattent sur les rochers, à la pointe de la presqu’île, sont époustouflantes… La côte sauvage nous proposa le même spectacle fabuleux, sur des kilomètres. Danielle compara l’écume provoquée par les vagues violentes, à ses montagnes Suisses enneigées.

Le soleil se coucha lentement sur le pays magique des chevaliers de la « Table Ronde », laissant planer en nous un sentiment de bonheur mélancolique..

L’inspiration est « ici », face à la magnificence maritime de « Dame Nature » et de ses éléments…

Je suis « Tout » et « Rien » à la fois… Je me recueille là, habité par cette pensée qui caresse mon cœur et m’effraye, dans le même instant…

J’aime les contrastes, tous les contrastes. Sans cela, ma vie aurait moins de sens.

Cette pensée persista lorsque nous franchîmes, sur la route du retour, le Pont de Normandie, lequel enjambe des centaines d’hectares de nature dont l’estuaire de la Seine, aux portes du port industriel du Havre…Un havre de paix, pourrait-on dire, où civilisation moderne et technologique embrassent à nouveau la nature, domptable, mais dans quelle mesure…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s