075 – Chronique bucolique: « J’aimerais que vous vous Chokier » (randonnée)

J’adore lorsqu’une journée s’annonce morne et insipide et qu’elle se transforme en une journée pas comme les autres, puisqu’en fin de compte, aucune ne ressemble à une autre, pour autant qu’on y soit disposé…

Le dépaysement est parfois à nos portes, je l’ai souvent constaté.

Pentecôte, lundi férié, lundi « fait rien… » Couverture nuageuse cotonneuse et menaçante. Circonspects, on s’y met!

Gourde (cf chronique 058 sur ce blog), petit sac à dos, bottines, direction la réserve « Natagora » (encore une) « Aux Roches« , ancienne carrière de Chokier (Flémalle-Haute, région de Liège), balises rectangulaires bleues, 7 km annoncés!


Depuis le parking de l’Eglise, impossibe d’ignorer le château incendié en mars 2017, posé sur un pan rocheux escarpé, toisant le bassin mosan industriel…

L’ascension du versant calcaire rive droite de la Meuse est un exercice cardio-pulmonaire via les sentiers sinueux et parfois escarpés, à travers bois.

Nous effleurons le plateau des « Trixhes » sur les hauteurs de Flémalle et accédons à des coins de nature majestueux, à quelques encablures des voies ferrées, routières et navigables de la plaine mosane, effaçant son caractère industriel quelque peu rédhibitoire…

Les vestiges de la carrière signifient les stigmates de l’activité d’extraction calcaire, rendue à mère Nature qui s’empresse de reprendre ses droits sur les baux emphytéotiques humains…

Un « témoin arboricole » nous invite à l’écouter, levant une branche écorcée à notre passage, murmurant que le silence est une vertu en ces lieux…

Au sortir d’un bosquet, une petite clairière perchée en équilibre précaire à plusieurs dizaines de mètres au-dessus du fleuve… Laurence (avec qui je partage toutes mes découvertes) s’exclame en pointant un index vers notre droite d’où bondit en quelques foulées une biche ou un chevreuil, fuyant à notre approche trop peu discrète à son goût…

Nous redescendons vers les voies ferrées, en équilibre instable quelques fois sur un sentier étroit raviné par les précipitations abondantes de ces derniers jours…

De hauts mur en moellons du pays nous escortent jusqu’au hameau paisible de Chokier, où nous nous inclinons quelques instants sur les sépultures datant d’avant l’indépendance de la Belgique, sur le parvis de la petite église…


Retour vers Huy, halte débriefing à Ombret (Amay), au « Val D’Oxhe » (nouvel exploitant très accueillant), en terrasse, devant un apéro et un excellent pavé de boeuf, au bord de l’ancien étang de pêche, lui-même protégé des vents par un de ces pans rocheux calcaire inerte mais hébergeant tant de vie…

Une pluie battante vient confirmer la météo capricieuse mais, une fois encore, nous avons été bénis des dieux, l’après-midi fut magnifique, en toute simplicité… Comme quoi…

Vincent Poitier, alias « le Pensiologue »

24 mai 2021

Copyright, tous droits réservés.