060 – Billet à fable: « Tomme Rider » (l’enquête rurale qui fait tout un fromage)

tempImagenLXnP7

C88092A7-7D64-43D2-A1EE-F1E95CAFFB3A_1_201_a

Meurtre, suicide ou accident? L’enquête se corse, à la ferme. Les médias tiquent, critiquent, polémiquent…

Le juge Ursule, le hibou, a été désigné pour mener les investigations.

Luigi la souris a péri le quinze août, lorsqu’un piège le surprit, et lui brisa le cou…

Appaté et tué, pour un morceau de fromage, à dix heures trente, comme l’indique la montre à gousset arrêtée et posée sur son abdomen…

La basse-cour a entendu dix témoins, des cerfs vidés par des heures d’interrogatoire vains. Et pourtant, aucun des dix cerfs ne ment…

La corneille croit qu’il s’agit d’une mise en scène et la pie jacasse qu’on doit faire un communiqué de presse aux médias trépignants, ce que refuse Ursule le hibou qui estime que rien ne presse…

Félix le chat noir est suspecté par nature, mais il invoque un alibi car à la mi août, il était chez Pierre, le loup…

Karl, le coq, chef de la basse-cour, veut éviter que l’on fasse tout un foin de cette histoire et ergote pour un classement sans suite et sans fuite…

Bernard, le renard, intervint: « Dans l’étable, j’ai vu la tomme et j’ai ri! Pourquoi Luigi la souris, peu téméraire, aurait-il risqué sa vie pour un bout d’emmental ridicule alors qu’une tomme toute entière s’offrait à lui!? Il était très déprimé depuis que sa femme avait péri elle aussi dans les lames de la moissonneuse, quelques semaines auparavant… Il s’est probablement suicidé… »

La basse-cour, bien que généralement méfiante à l’égard du renard, put difficilement réfuter cet argument qui éloignait la thèse de l’accident ainsi que celle de l’acte intentionnel…

Mais alors, la montre gousset, comment expliquer sa présence sur le ventre de la victime, elle-même gisant sur le dos, figée sous le battant à ressort du piège infernal et létal?

« C’est la montre du lapin blanc! » – s’exclama Régine la fouine, notant que ce dernier était absent des débats…

Le coq s’insurgea: « Le lapin blanc ne peut être mêlé à cette histoire, il est noble et au service de la Reine, et de plus il bénéficie d’immunité diplomatique! Quelqu’un veut lui faire porter le chapeau et a posé là sa montre gousset dont il ne se sépare jamais! C’est trop évident! » – acheva-t-il d’affirmer avec autorité.

Mais alors, le mobile? Qui aurait donc intérêt à éliminer la souris?

Estelle la pipistrelle manifesta sa voix fluette, depuis une poutre de la sous-toiture de la grange: « Avez-vous examiné les abords du puits, où cette nuit, j’ai entendu du bruit? »

On dépêcha un commando d’intervention en milieu périlleux composé de trois taupes, lesquelles remarquèrent une touffe de poils blancs jonchant le sol à proximité immédiate du puits. On découvrit le malheureux lapin blanc groggy au fond du puits, présentant une plaie de morsure au bas du dos maculé de quelques gouttes de sang séché…

L’enquête conclut que le lapin projetait d’informer la Reine de mesures à prendre afin d’empêcher de nuire le renard qui représentait un danger permanent pour la basse-cour. Bernard, tapi, avait surpris une conversation à ce sujet entre le lapin et le coq, ce qui lui mit la puce à l’oreille.

Le soir-même, le renard avait tenté de dévorer le lapin blanc, lorsque ce dernier fut seul et vulnérable, et ainsi lui bouffer le râble. Le lapin, en s’enfuyant vers le puits, avait lâché sa montre gousset sous le claquement des dents de son agresseur sur son postérieur…

Luigi la souris, qui grignotait la tomme de fromage à l’étable, alerté par le raffut, surgit aux abords du puits. Transi d’effroi face au renard, il s’est évanoui dans la nuit noire…

Bernard le renard, rusé mais pas assez, fomenta cette macabre mise en scène pour faire taire à jamais le témoin gênant, posant la montre sur son corps afin d’orienter les soupçons sur le lapin blanc dont il pensait qu’il s’était dans sa chute cassé les dents…

Les médias se repurent de cette histoire dont il firent leurs choux gras.


Moralité:

Le renard, tentant de dénoncer la mise en scène et agissant dans son propre intérêt, crut paraître intelligent en relevant des éléments dont il était secrètement la cause, tout en paraissant intègre, ce qui masquait son implication coupable…

La pipistrelle, quant à elle, veillant dans l’ombre, avait échappé à l’attention du criminel qui, assuré de sa suprématie à la ferme, avait négligé que les murs avaient parfois des oreilles…

Tentant d’éviter le complot dont il faisait l’objet, de par sa nature menaçante pour le bien commun, il vit sa stratégie se retourner contre lui…

Les jeux d’intérêt et de pouvoir ne subsistent qu’à la condition que quiconque n’ose les remettre en question, même devant l’évidence…

Vincent Poitier, alias « le Pensiologue »

23 avril 2021

Copyright, tous droits réservés.

image